Référencez votre site sur quercyenfrance.
Cliquer ici :
 
- Hébergement
- Restauration
- Culture
Vins et gastronomie
- Proximité
- PME - PMI
- Tourisme
- Pratique
- Loisirs
- Associations

Plan du Quercy
- Photos
- Nature
- Gastronomie
- Architecture
- Chemins de St Jacques
- Rétro
- Célébrités
- A lire

- Nous contacter
Vous n'avez pas trouvé
- Affichez-vous

- Tribune libre

- Liens
- Partenaires



- Infos légales
Copyright© et réalisation 3wcom

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
   
     
 
Accolé au Massif Central, le Ségala est la région la plus élevée du Quercy. Habité jusqu'à 780 mètres d'altitude, il est également le plus humide, le plus froid, le plus sombre et le plus vert. De quoi tempérer les ardeurs voyageuses ? Bien au contraire ! Sa sauvagerie même est son principal attrait. Le visiteur, loin des hordes de touristes, saisit là l'occasion d'une rencontre plus intime et profonde avec la province.
 
La carte du peuplement est intéressante à observer. A l'inverse du causse, les vallées, ici sombres et encaissées, sont peu propices aux cultures. C'est donc sur les plateaux que se sont installés les hommes, malgré l'altitude et le froid. Le nom Ségala vient du mot seigle, qui était, avec le sarrasin, l'essentiel de ce qu'on pouvait y planter.
 
Mais on appelle également la région "châtaigneraie", en raison des forêts, les plus fournies du Quercy, riches de cette essence nourricière qui fut longtemps la base de l'alimentation locale. Peu propice aux grandes cultures de céréales, le Ségala s'est aujourd'hui fait une spécialité de l'élevage reposant sur la production de fourrage.
copyright photos © J.L Nespoulous